« Les Éternels » : la presse anglo-saxonne dubitative devant le dernier Marvel


Coup de coeur / dimanche, octobre 31st, 2021

Dans ce film signé Chloé Zhao, la terre devient le champ de bataille d’entités cosmiques. La relève des Avengers est loin d’être assurée.

Les Éternels, le nouveau film de l’univers cinématographique Marvel, sort le 3 novembre en France et le 5 novembre aux États-Unis. Réalisé par Chloé Zhao, il met en scène Gemma Chan, Salma Hayek, Angelina Jolie et Brian Tyree Henry, dans le premier volet d’une nouvelle franchise, basée sur la série de comics du même nom. Le long-métrage, présenté à la critique anglaise et américaine, peine à convaincre. Ces Avengers survitaminés parviendront-ils à reprendre le flambeau abandonné par Captain America et Iron Man ?

Un film «rafraichissant» et «unique»

«Un rappel rafraîchissant et romantique du pouvoir et de l’objectif des films-événements.» Dès le titre, The Observer est dithyrambique au sujet des Éternels. Le journal s’enthousiasme pour ce film «qui construit des mythes autour de personnages dont les pouvoirs démesurés sont à la hauteur de leurs émotions et dont les aventures épiques à travers l’immortalité les ont laissés avec une compréhension brisée de la nature et de la valeur de l’humanité». «Ce faisant, il nous aide à comprendre et à trouver un sens à notre propre monde fracturé», salue l’hebdomadaire.

Phastos est homosexuel ; Makkari est interprété par l’actrice sourde Lauren Ridloff… Bref, Les Éternels est le premier long-métrage Marvel à inclure de nouvelles typologies de personnages rarement représentées à l’écran. Pari concluant selon The Observer, qui apprécie «la façon dont les identités de l’équipe, culturellement représentative, jouent un rôle puissant et essentiel dans le thème et l’histoire ; il ne s’agit pas simplement d’une série de cases à cocher.»

Réconfortant pour ceux qui aiment vraiment la formule Marvel et décourageant pour ceux qui espèrent enfin avoir un film MCU vraiment différent

ScreenRant salue un film «unique» dans l’univers des super-héros Marvel, «une aventure de super-héros épique et palpitante qui lui est propre, avec un cœur émotionnel captivant, magnifiquement mis en valeur par la mise en scène de Zhao.» Le site spécialisé dans le 7e art pondère tout de même son jugement, précisant que «malgré toutes les tentatives des Éternels pour se démarquer des autres films du MCU – et il y parvient en grande partie – il s’agit toujours d’un film Marvel. Cela peut être réconfortant pour ceux qui aiment vraiment la formule Marvel et décourageant pour ceux qui espèrent enfin avoir un film MCU vraiment différent.»

Le choix de Chloé Zhao interroge

Chloé Zhao était jusque-là connue pour son travail de réalisatrice indépendante à succès, avec notamment The Rider et surtout Nomadland, qui lui a valu l’Oscar du meilleur film et de la meilleure réalisatrice en début d’année. La cinéaste enchaine ainsi deux films aux budgets et aux ambitions diamétralement opposées.

«Le film semble très standard» pour Variety , qui dénonce une certaine compromission de la part de la réalisatrice. «Ses films précédents sont suffisamment crus et réels pour ressembler à des documentaires mis en scène, mais ils sont montés ensemble, image par image, avec une précision pointilliste saisissante. Les Éternels n’ont rien de tout ça», regrette le magazine. «Il est clair qu’en s’engageant dans ce projet, Zhao a décidé de mettre de côté son style très expressif et idiosyncrasique et de se plier au conventionnalisme expositif du cinéma Marvel. C’est une déception», complète la revue américaine.

Tout juste «regardable»

À l’exception de The Observer, la presse anglaise n’a pas aimé ce nouveau Marvel. La BBC juge le long-métrage «regardable», mais aussi «le plus décevant de l’univers Marvel». «Les Éternels obtiennent un score élevé en termes de diversité sexuelle, ethnique et de genre, mais un score faible en termes de mémorisation» déplore la radio-télévision britannique, en écho à l’approche volontairement inclusive du film.

Du côté du Telegraph , on juge le film «insipide». «On espérait peut-être que le 26e film de Marvel ferait sortir la franchise de sa zone de confort. Mais la franchise n’est rien d’autre qu’une zone de confort, ce qui fait de sa dernière entrée un éléphant blanc instantané», déplore le quotidien. Le Guardian concède seulement deux étoiles sur cinq. Le journal loue «de beaux plans et un drame personnel dans ses débuts de super-héroïne, mais il y a trop de mythologie à expliquer.» Comme la majorité de ses collègues d’outre-Manche, le journaliste s’est globalement ennuyé. «C’est comme arriver dans Avengers : Endgame sans avoir vu aucun des épisodes précédents. La plupart des mortels trouveront simplement que c’est trop. Plus grand n’est pas toujours mieux.»

Contenu original https://www.quotidien-libre.fr/les-eternels-la-presse-anglo-saxonne-dubitative-devant-le-dernier-marvel/